[à lire] L’étude “Deux pouces et des neurones” de Sylvie Octobre

L’intervention de Sylvie Octobre, sociologue, chargée d’études au Ministère de la culture et de la communication au Rencontres Numériques du 8 octobre dernier, valait bien un billet à elle-seule en ce qu’elle va forcément devenir une référence dans la bibliographie numérique de ce site.

DEPS-010-pouce_1-4.inddDans l’étude “Deux pouces et des neurones : les cultures juvéniles de l’ère médiatique à l’ère numérique” dérivée de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français, Sylvie Octobre y décrit un glissement des univers juvéniles médiatiques à des univers plutôt numériques…

L’intervention est très riche et mériterait d’être visualisée plusieurs fois. Je pense également que la publication est un must-have dans sa bibliothèque !

Ce que j’en retiens :

  • Les dénominations “culturelles” (X, Y, Digital Natives…) tiennent à la fois du slogan publicitaire et du regard que les adultes peuvent porter sur les jeunes générations.
  • Il y a une tension entre misérabilisme et angélisme : grand écart entre Nicolas Carr (brainwashing, déficit de la disponibilité mentale) et Michel Serres. (réenchantement, plus grande plasticité), Dominique Cardon (démocratie internet).
  • On peut observer une fragmentation des cultures jeunes et “démocratisation à l’envers” de ce qu’on pourrait attendre. Les cultures jeunes numériques sont hétérogènes ! Les équipements et usages sont différents. On parle d’abord d’une  “technophilie d’usage” et non technicienne.
  • La sociabilité reste le moteur principal de leurs choix culturels.
  • Sur la question du genre : les reconfigurations maintiennent des distinctions et clivages qui nécessiteraient des analyses plus approfondies.
  • L’éclectisme juvénile crée de nouvelles inégalités beaucoup plus difficiles à désenclaver.
  • Les jeunes ne savent plus qui est Louis de Funès !!!
    /


Sylvie Octobre, chargée d’études au Ministère de la culture
et de la communication by culture-gouv

 

Dans la partie Q&A :

  • Concernant la naisse tendancielle de la lecture, Sylvie Octobre nous renvoie vers les publications d’Olivier DONNAT, sociologue au Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS)
  • D’après elle, l’évolution d’un modèle de stock à un modèle de flux “remet” en question Bourdieu et la consommation culturelle proportionnelle aux diplômes acquis.
  • Le terme de ‘médiation’ manque de mise en lien entre les communautés ou les univers culturels très différents (un des enjeux de la politique culturelle). Cela laisse croire qu’il n’y a pas déjà une multiplicité de médiation à l’intérieur des mondes multiples (“espaces d’affinité” dans laquelle ils font déjà de la mise en liens) des jeunes. Mais, le terme ‘remédiation’ est-il bien plus approprié ?
  • Le lien entre connaissance et goût (“le like”), savoir et émotions, le rapport savant à la culture est à étudier plus finement.

 

Plus de liens et de vidéos sur le site

Rencontres Culture Numérique

Leave a Reply