Un lecteur numérique Salon du livre de jeunesse de Montreuil 2013

D’un côté la lecture d’un livre imprimé demanderait une attention profonde et permettrait une lecture linéaire, concentrée et approfondie. De l’autre côté, la lecture sur écran demanderait une hyper-attention de la part du lecteur et rendrait la lecture plus fragmentée et discontinue.
Telle est la vision développée par Nicholas Carr et reprise en partie par Olivier Houdé de l’Académie des Sciences. Une présentation qui encore une fois pousse à confronter les formats (papier vs. numérique) plutôt qu’à se pencher sur un contenu, son organisation (linéaire / non linéaire) et sa présentation (certaines polices sur écran permettent ainsi une lecture plus confortable aux dyslexiques).

Nicholas Carr - Le livre dans le tourbillon numérique - Le Monde diplomatique, n° 666, septembre 2009

Thierry Baccino, qui travaille depuis plus de vingt ans sur la lecture électronique, dit ne pas avoir encore “de retour sur le temps” suffisant sur “l’évolution cérébrale de ces comportements de lecture”.
Ceci dit, il précise qu’il existe de réelles différences entre les deux formats en terme d’éclairage, de présentation (page à page vs. scrolling), de type de lecture (linéaire vs. non-linéaire, hypertexte), de sources d’information média (texte, image, sons, vidéo) qui influent sur les comportements de lecture. “La lecture sur écran accroît ces différences. On a de fortes différences dans les niveaux de lecture, dans la vitesse de lecture.”

Nous vous conseillons la visualisation des vidéos listées ci-après.

Nous vous proposons également quelques conseils – partiels et partiaux – vous permettant d’appréhender la lecture sur tablettes avec les enfants avec sérénité... parce qu’elle est là pour rester et mieux vaut être bien préparé, responsabiliser plutôt que d’interdire.

.

Aller plus loin :

  • Lecture numérique, Thierry Baccino est professeur de psychologie cognitive et ergonomique, directeur scientifique du LUTIN et auteur de La lecture électronique (2004, Presses universitaires de Grenoble). Il travaille depuis environ 20 ans sur la lecture électronique
  • Développement et éducation de l’enfant dans le monde des écrans, Olivier Houdé, Laboratoire de Psychologie du Développement et de l’Éducation de l’enfant (LaPsyDÉ, CNRS), Université Paris Descartes, PRES Sorbonne Paris Cité
  • Lire dans un monde numérique (2011) Claire Bélisle, Presses de l’enssib
  • Internet rend-il bête ? Nicholas Carr (2011) Robert Laffont // The Shallows
  • CRITIQUE DE LA LECTURE NUMÉRIQUE : The Shallows de Nicholas Carr – ALAIN GIFFARD, Bulletin des Bibliothèques de France (2011)
  • À cerveau vide, Internet plein ? par Florence RICHTER, rédactrice en chef de Lectures
    Article paru dans la revue Lectures, la revue des Bibliothèques n° 178, novembre-décembre 2012, Fédération Wallonie-Bruxelles.

A suivre :

  • M. Thierry Baccino, directeur scientifique du Lutin – Laboratoire des usages en technologies d’information numérique
  • Nicolas Esposito, Enseignant-chercheur, responsable de la recherche (Gobelins, l’école de l’image) ; méthodologie expérimentale intégrant les disciplines dans le cadre du Laboratoire ErgoDesign LUTIN-GOBELINS.
  • Anne Mangen at the University of Stavanger in Norway and Jean-Luc Velay at Aix-Marseille Université
  • Contrat doctoral : “Littérature numérique à l’école” (Montpellier 2)

Leave a Reply